Articles

Culture & Tradition

Une Pâques originale avec le chocolatier J.F. Feron

Des dinosaures, grenouilles et hérissons dans la chocolaterie soissonnaise

A quelques jours du week-end de Pâques, les poules et œufs en chocolat occupent une bonne place dans sa boutique. Une basse-cour noire, blanche et au lait qui au goût en dit long sur l’art et la passion de Jean-François Feron, artisan chocolatier à Soissons. Mais aussi des chocolats aux formes moins conventionnelles.

Un dinosaure aux faux airs de Denver, une grenouille en fleur sur son nénuphar, un hérisson coiffé à la punk et un œuf au plat plus vrai que nature ? Les amateurs de bons chocolats viennent de passer le seuil de la chocolaterie Feron et d’entrer dans un univers créatif, gourmand et gourmet. Si Jean-François Feron, jeune chocolatier Laonnois installé à Soissons depuis 2009, n’a pas oublié d’exposer en bonne place les poules, lapins et bonne vielles cloches ; il met un point d’honneur à fabriquer tous les ans de nouvelles pièces pour Pâques.

Une tonne de chocolat en trois jours

Pour cela « J’y pense toute l’année, je vais voir ce que font les autres, je stocke mes impressions, j’essaye différentes techniques et garde dans un coin quelques idées. » Puis deux mois avant la chasse aux œufs il s’enferme dans son laboratoire « pour une semaine d’essais, d’ébauches et la production de deux ou trois pièces. » histoire de faire plaisir à sa clientèle, mais en prenant garde de ne pas se planter. Car sur les 3 à 4 tonnes de chocolat qu’il fond chaque année une tonne est vendue en deux ou trois jours à cette période de l’année.

Il s’enquière donc auprès de ses deux vendeuses, les donnent à mirer et à goûter à ses proches et les testent en magasin avant de les mettre en vitrine. Car, tient-il à rappeler, « Notre métier n’est pas de fabriquer, mais de transformer le chocolat. » Pour ce qui est de la qualité de sa matière première le chocolatier ne lésine pas. Jean-François Feron choisit son chocolat auprès de couverturiers qui les achètent dans le monde entier. Origine, cépage, parfum ou intensité ; ainsi donc son chocolat se déguste comme un bon vin.

Une heure de concentration

Un nectar de Madagascar, du Venezuela et plus largement d’Amérique du Sud et des îles, que Jean-François Feron fond et moule, au grès de son imagination, dans son laboratoire vitré donnant sur la boutique. « De façon à garder le contact avec la clientèle et montrer comment nous travaillons », explique-t-il. Pour comprendre aussi combien de temps, de patience, de minutie et de passion demandent certaines de ses pièces. Les quatre dernières lui valent d’ailleurs entre trois quart d’heure et une heure de concentration chacune. Bonne dégustation !

Tmavision.com

Chocolaterie Feron : 9 rue de la Burie, 02200 Soissons. Tél. 03 23 74 53 40

SHARE

Vos commentaires :

Soyez le premier à réagir

Ajouter un commentaire :